Comment la Lettre d’Avril 2022 de l’institut d’émission affecte-t-elle le marché financier?

Vous vous interrogez peut-être sur les conséquences de la dernière communication de l’Institut d’émission sur le monde financier. En effet, la lettre du mois d’avril 2022 apporte un éclairage préoccupant sur l’état actuel et futur de l’économie française, qui avance sur « une route devenue plus glissante », selon les mots de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France. 

Le rythme de la croissance française

La croissance économique est souvent considérée comme le baromètre de la santé d’une nation. En France, après un rebondissement post-Covid remarquable, l’incertitude s’installe. Selon l’enquête menée auprès de 8000 entrepreneurs et PME, le premier trimestre de l’année a été marqué par une croissance modeste aux alentours de 0,25%. Bien que positive, cette croissance reste fragile, notamment en raison des répercussions de la guerre en Ukraine.

Pour de plus amples informations et pour accéder à la communication complète de l’Institut d’émission, allez sur le site web.

L’impact de la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine a provoqué un véritable séisme dans l’économie mondiale, et la France n’est pas épargnée. Si elle n’a pas subi un choc aussi brutal que celui de la crise du Covid-19, la durée prolongée du conflit commence à peser lourd. Le principal impact se ressent dans la hausse des prix de l’énergie, malgré un bouclier tarifaire atténuant l’inflation de deux points. Ajoutons à cela des difficultés d’approvisionnement, qui aggravent les incertitudes dans le milieu entrepreneurial.

La question de l’inflation

L’inflation est une préoccupation majeure pour les économistes et les décideurs politiques. Dans la lettre, on souligne une inflation « trop élevée » de 4 ou 5%, bien que plus basse que la moyenne européenne. Cette inflation pourrait persister « pour un certain nombre de mois », dépendamment de l’évolution des prix du pétrole et du gaz. Elle est censée diminuer en 2023 et revenir à 2% d’ici 2024. Mais qu’en est-il réellement et quelles sont les implications pour les taux d’intérêt et la politique monétaire?

Les effets sur les taux d’intérêt et la politique monétaire

La Banque de France, comme d’autres banques centrales de la zone euro, doit jongler avec les taux d’intérêt pour contrôler l’inflation sans freiner la croissance. La politique monétaire mise en œuvre aura des conséquences directes sur le marché en général et le marché obligataire en particulier. Une hausse des taux pourrait être envisagée pour freiner l’inflation, mais à quel risque pour la croissance et l’investissement ?